mercredi 11 avril 2018

Dites 33: Mylène Farmer "Anamorphosée" (1995)

En ce printemps débutant , je vous propose un nouveau numéro de notre rubrique consacrée au vinyle , la bien nommée" Dites 33 " afin d'évoquer ce mois-ci le disque "Anamorphosée" de l'auteure-interprète de "Pourvu qu'elles soient douces " et autre "Libertine", Mylène Farmer.

  Cet opus est paru en octobre 1995 précédé du single "XXL" qui a illico touché le grand public et est devenu un énorme tube , une vraie locomotive pour l'album à venir que bon nombres de fans de Mylène Farmer attendaient de pied ferme après le grand succès (et la réussite artistique) de son album "L'autre" paru en 1991.



A l'écoute , quelle heureuse surprise ! Un virage rock pour Mylène Farmer , qui est sur ce disque toujours très inspirée . l'amour, le sexe, la mort et l'au-delà sont quelques uns des thèmes que constitue ce disque que je place d'emblée parmi ses plus brillants.

                                 . Son meilleur allez ! Disons-le !


Les arrangements sont soignés , précis ,enlevés et la voix se fait sensuelle , caressante et mystérieuse selon les sujets abordés..
On entre dans ce disque un peu comme on part en voyage et çà débute avec "California" puis la route se précise et se poursuit avec des chansons superbes tel "Mylène s'en fout" , "L'instant X" ou encore le très enivrant "Rêver" .
Un voyage onirique ou l'on se laisse porter par la voix de Mylène Farmer , mais une escapade un peu flippante aussi car la mort rode à chaque recoin ("Et tournoie", "Tomber 7 fois" ) et ,malgré cette réticence là , on garde le cap et on passe un bon moment musical .

Il est rare qu'un disque nous fasse cet effet .
La période rock Californienne de Mylène Farmer est un joyau et cet enregistrement le prouve fort bien .
Le succès sera massif puisque "Anamorphosée " s'écoulera à plus d'un million d'exemplaires grâce aux tubes "XXL" , "Rêver" ou encore "L'instant X" tous illustrés (comme à l'accoutumée) par de superbes clips .
N'oublions pas le travail du photographe Herb Ritts qui fut chargé de réaliser les photos de la pochette et du livret . le résultat , tout comme le disque s'avère classieux !

Je vous propose de retrouver en extrait de cet album , le superbe clip du single  "XXL" (pochette ci dessus)  qui fut le premier extrait et tube de lancement de cet album majeur :


dimanche 11 mars 2018

Des pyramides d'Égypte au sommet du hit-parade ...



Quel drôle et singulier personnage que le chanteur Claude François ! De son Egypte natal il ne lui restait que de vagues souvenirs et pas vraiment les plus beaux . Il faut dire que sa famille et lui ont très vite été expulsés de leur pays à cause des remous causés par le président égyptien Nasser .  

Et très vite, après avoir fait de multiples petits métiers, Claude François qui a véritablement un don pour la musique ,se lance comme batteur et accompagne avec talent et acharnement diverses formations musicales avec un gout prononcé pour les enregistrements musicaux  de la compagnie  de disques américaine , la célèbre Motown .

De ses débuts fracassants en 1962 avec "Belles belles belles" à son ultime grand succès en mars 1978 "Alexandrie Alexandra" ,sa vie et sa carrière (fort courte , 15 ans seulement) furent jalonnées de hasards et autres coïncidences plus que troublantes qui en font pour votre serviteur (bien que pas vraiment fan de ses chansons ) un personnage de fiction .


Quelques exemples : La chanson "Alexandrie Alexandra" fut d'abord enregistrée en octobre 1977 afin de paraître sur un album 33 tours . Jusqu'ici rien d'anormal mais , Claude François décide de la faire paraître en 45 tours mercredi 15 mars 1978 , soit 4 jours après sa tragique disparition et (curieux hasard !) le disque fut lancée sur les ondes le jour de ses funérailles .

Personnage de roman , personnalité exigeante , presque caractérielle mais bougrement acharné au travail et c'est cette volonté qui a fait son succès qu'on l'apprécie ou pas.


40 ans après sa douche fatale, samedi  11 mars 1978 alors que Michel Drucker l'attendait avec toute son équipe pour enregistrer son émission "Les rendez vous du dimanche" afin de présenter en compagnie de ses Clodettes son ultime tube "Alexandrie Alexandra", le destin de ce chanteur reste un mystère tant Claude François a eu au cours de sa courte vie (39 ans et né en 1939 ) comme une étoile noire au dessus de sa tête.



A tel point qu'une cartomancienne lui avait prédit alors qu'il était en pleine ascension avec "Si j’avais un marteau" qu'il aurait "Une éclatante réussite professionnelle mais qu'il disparaîtrait vers l'âge de quarante ans" ...On n'échappe pas à son destin !

 Poursuivons : le 13 juin 1975 , il échappe de très peu à un accident d’hélicoptère . A Londres ,alors qu'il se trouve à l'hôtel Hilton ,une bombe éclate dans le hall et il a la vie sauve grâce à un touriste qui lui, n'a pas survécu . Sans oublier ce véhicule qui se mit un jour à sa poursuite et cribla la Mercedes de Claude François de 11 balles.



La vie et l'amour de la chanson et de la musique fut donc plus fortes pendant 15 années mais, tout de même quel parcours et quel éternel pied de nez avec la grande faucheuse !




S'il fallait choisir parmi les nombreux grands succès, nous retiendrons la chanson "Toi et moi contre le monde entier" , un titre dédié à l'un de ses deux fils , Claude François Junior .


 D'après le livre du toujours très documenté Fabien Lecœuvre "1001 histoires secrètes de chansons", Claude François aurait eu l’idée de ce titre en jouant au Légo avec son fils .

Enregistré le 4 février 1975 , le 45 tours "Toi et moi contre le monde entier"  entrera au Hit Parade le 16 mars 1975 et restera classé pendant 16 semaines et se vendra à 355 000 exemplaires.


Je vous propose de retrouver Claude François interprétant le tube "Toi et moi contre le monde entier" lors de l'émission "TOP à     " de Maritie et Gilbert Carpentier le 7 juin 1975 :


mercredi 21 février 2018

le Cas Sébastian et l'étrange horloge gothique














 Le docteur Saphir (qui avait des faux airs du Professeur Choron ) continuait son examen d’inconscience  et commença le test d'embauche de notre héros au chapeau melon lorsque soudain, Sébastian fut frappé de voir l'exacte réplique de la fameuse horloge en miniature dans le bureau du Docteur Saphir .

 -Ah ! jeune homme, lui dit le Docteur Saphir en tirant sur son fume-cigarette , il s'agit d'un bien drôle de cadran solaire qui, il est vrai est le même que celui que vous avez pu lorgner sur la place du village de Catalugnia .

-Mais, je vous en prie , laissez moi poursuivre . Le Docteur Saphir se leva de son bureau en direction de Sébastian qui se tenait donc en face de lui et disposa méticuleusement  du persil dans ses oreilles .

Il lui demanda ensuite de fermer les yeux et lui fit écouter le chant d'un oiseau Turque qui avait la particularité de siffler sur trois octaves.

Voyant comme Sébastian appréciait cette douce mélodie malgré la gène que provoquait le célèbre aromate sur son écoute, le Docteur Saphir lui annonça qu'il venait donc d’être sélectionné pour le poste.

 

 Sébastian fut surpris car ce test n'avait vraiment rien de conventionnel. L'homme au crane lisse et chauve lui rétorqua que si cette attitude un peu ridicule ne l'avait point dérouté il était donc près pour travailler à ses cotés afin d'exercer ses pouvoirs .
-Mais quels pouvoirs docteur ?  ma canne agit sur les gens et les transforment en personne souriante, c'est vrai mais que puis je y faire ?

C'est alors que notre docteur fort bien interprété dans cette histoire par le Professeur Choron se mit à partir d'un immense éclat de rire très sonore . Un rire si communicatif que tout les occupants de l'immeuble du 27 rue des groseilles riaient eux aussi .




-Sébastian , vous avez l'immense pouvoir de transformer les cons, les vaniteux , les imbéciles, les culs terreux , les sapajous et les cloportes en braves types qui s'amusent un peu dans cette existence qui n'en demande pas moins .

-Voila votre boulot . Riez avec eux et avec nous chaque jour c'est le meilleur remède contre la morosité ambiante . je vous attends demain pour commencer avec moi un spectacle que nous donnerons chaque jour au sommet de l'horloge gothique . Je vous laisse , j'ai piscine .

Depuis ce jour à Catalugnia et grâce à Sébastian , plus un jour ne se déroulait sans un éclat de rire .



                                                                                    FIN

vendredi 2 février 2018

Bienvenue à Catalugna

Il découvrit en arrivant à Catalugna un environnement  quasi enchanteur avec des longues bâtisses et même un moulin à vent que n’auraient pas renié Servantes et son célèbre Don Quichotte.


« Bienvenue à Catalugna » lui dit un homme au ton fort civil en costume gris. Aussitôt, Sébastian se sentit comme dans un ailleurs en plein cœur de  cet étrange village, il avait l’impression très nette d’avoir fait un voyage spatio temporaire. Les rues  étaient étroites et la végétation se faisait rare dans les quelques espaces verts qu’utilisaient parfois les enfants et les vieillards.



15 h 10 déjà comme le temps passait vite ! Le rendez vous avec le docteur Saphir afin d’entrer de plein pied dans ses futures fonctions approchait. Notre héros au chapeau melon vit soudain un drôle de cadran solaire situé sur la place du village. Une immense horloge de construction gothique comme on en trouve en Espagne. Sébastian remarqua très vite que les passants qui se promenaient près de l’objet se transformaient aussitôt sans que personne ne soit pour autant surpris alentour.


« Bizarre ce phénomène... » S’interrogea en silence Sébastian « 
Il poursuivit à pied sa marche dans les rues de Catalugna ou les nombreux habitants s’affairaient dans tout les sens. On aurait dit des fourmis déguisées en humains et douées de paroles.

Sébastian regarda  le papier qu’il avait dans sa poche ou figurait l’adresse du docteur Saphir : 27 rue des groseilles.

Ne trouvant pas de suite le cabinet de ce cher homme de bien,  il héla un homme qui passait juste près de lui.
- Excusez moi monsieur, je ne suis pas d’ici, je cherche le numéro 27 de la rue des groseilles, vous connaissez ?

L’homme qui se dissimulait derrière d’épais vêtements alors qu’il faisait relativement doux, n’osa pas le regarder dans les yeux pour lui répondre.
Sébastian réitéra sa requête :
-      je cherche le 27 rue des Groseilles, pouvez vous me dire ou se trouve cette rue ?



Autour du crâne lisse et dégarni du docteur Saphir en plein monologue.

Soudain, Notre jeune héros à la canne magique sortit de son demi-sommeil et se trouva à quelques centimètres du visage du psychiatre qui lui expliqua ceci :

-étrange, ce qui vous arrive jeune homme ! J’ai eu vent de certains pouvoirs sur mes congénères et, je dois avouer que vous êtes un cas à part ...vous allez faire l’affaire pour le poste comme convenu mais, avant cela je vais vous faire passer un petit test.

                                                                     A suivre .....

lundi 8 janvier 2018

Le docteur Saphir est aux commandes !

Lorsqu’il pénétra au deuxième étage de l’immeuble afin de rencontrer le fameux docteur avec qui il avait ce jour un entretien d’embauche, Sébastian eut soudain un flash bizarre, comme s’il on avait placé un filtre

Transparent devant ses yeux afin de colorer sa vision. Il l serra sa canne de plus belle et frappa à la porte du cabinet dans un soudain état second.

Le bureau du docteur Saphir était à la fois sombre et très design. Le sol était entièrement marbré et l’on pouvait voir à droite du siège mobile du fameux psychiatre un tigre authentique qui passait manifestement son temps à dormir.


- Entrez donc jeune homme ! Je vous attendais ! Lui lança le docteur Saphir.


Sébastian sans qui l’en soit prié,  s’assis  sur le fauteuil jaune à pois noirs qui se trouvait face à son futur employeur. Ses troubles de la vision lui en firent voir de toutes les couleurs en peu de temps, alors que le vieux fossile de Saphir lui narrait son parcours qu’il estimait brillant et les caractéristiques de certains patients, Sébastian vit soudain apparaître un cousin semblable au célèbre Aladin. Le petit personnage tout de jaune vêtu tel le pape Bouddhiste tournoyait.


 Dans leur chambre, ses parents semblaient endormis dans leur lit bien emmitouflés. En réalité, ils n’avaient pas survécu à l’explosion.

« Je vous quitte, faites de beaux rêves là vous êtes à présent, je vais tenter de survivre, je vous aime » lança t-elle. Puis elle ferma la porte de l’appartement et partit pour toujours.  



                                                                                          à suivre ...

mardi 12 décembre 2017

Catalugna le village extraordinaire

Sébastian  était partit très tôt ce matin là direction  Catalugna.  C'était un jeune homme  agile, un peu rêveur et très rieur toujours affublé d'un chapeau melon (même les jours de grands vents) et d'une canne que son grand père lui avait offerte et dont il ne se séparait jamais, sans trop savoir pour quelle raison.


 Le trajet fut long et mouvementé puisque de nombreux passagers prenaient cette ligne pour vaquer à leurs occupations. Sébastian, qui était très observateur imaginait pour chacun d’entre eux quel devait être leurs métiers ou leurs traits de caractère principaux. Il avait ce sens inné depuis son plus jeune âge.

Il se rendait ce jour à Catalugna pour travailler en compagnie du docteur Saphir, un éminent psychiatre qui avait la réputation d’être un tant soit peu paranoïaque, il cherchait un successeur et tout naturellement Sébastian avait posé sa candidature qui fut retenue.

Durant le périple, l’attention de Sébastian fut attirée par un homme assis à ses cotés qui lisait la presse quotidienne et, dont l’un des articles concernait  le village de Catalugna.

-« Encore cet odieux dictateur déguisé en Roi fainéant qui fait des siennes à Catalugna !!  Nom de Zeus ! Je n’aimerais point résider là bas moi ! Ils doivent être tous fous dans ce village avec un tel olibrius comme maire «  lança l’inconnu en direction de Sébastian.
Celui-ci lui répondit que, justement il se rendait là bas pour y travailler et qu’il comptait bien s’y installer pour quelques temps.

«  Je vous souhaite alors bien du courage mon garçon ! À votre place je me méfierais car Zorion le Roi est prêt à toutes les atrocités pour garder son règne ! À tout ! Vous m’entendez !

Ces paroles là eurent un effet particulier sur Sébastian, il serra sa canne  contre lui et sentit cette dernière vibrer et lui procurer un sentiment de confiance et de force incroyable.

« Vos billets s’il vous plaît » fit le contrôleur en entrant dans le compartiment. Chacun des passagers présenta son sésame puis tous se mirent à regarder par la fenêtre au moment, ou, enfin le train arriva en gare de Catalugna. Il était 14 h 43.

L’homme ouvra des yeux des hublots de 747, et fit mine de se recroqueviller en haletant. Sébastian fut pris de panique et demanda à l’homme s’il allait bien.

- « Oui, oui çà va passer, c’est ...c’est à dire que ...vous ne devriez pas vous rendre là bas, c’est trop étrange ce qui s’y déroule, je ne peux pas vous en dire davantage  « répondit le quidam.

mardi 21 novembre 2017

The Who "Who Are You ?" en 1978 et Sarah jubile !


Comme vous avez pu le constater, Sarah (avec ses faux airs de Romy Schneider ) savait à présent mieux que quiconque ce qu'elle voulait réaliser durant la suite de son existence. Ce qu'elle souhaitait et surtout, ce qu'elle ne supporterait plus du tout comme le fait de faire un métier qui ne lui convient pas .

Elle poursuivit donc son ascension sociale au sein de la maison de disques Polydor et , il faut avouer qu'elle en vit passer des vedettes . Certaines aux abords faciles dont il était aisé de s'occuper du planning et de la future carrière et d'autres plus hautaines qu'elle redoutait de croiser dans les couloirs de la prestigieuse maison de distribution musicale .


Comme nous l'avons dit , les goûts musicaux de Sarah étaient éclectiques , elle pouvait craquer sur de la  variété réputée facile selon les préjugés et sur des groupes de Rock plus pointus et , c'est justement ce qui fut le cas au début de l'année 1978 .

Quel ne fut pas son bonheur lorsque son directeur la convoqua pour lui proposer de travailler avec le groupe Anglais The Who !!

Ce collectif qui depuis 1965 collectionnait les tubes et les concerts magiques la fascinait , elle avait même , de son propre aveu, un petit béguin pour le batteur Keith Moon et ses facéties assez déroutantes.

Elle les avait vus sur scène en 1971 , l'année ou The Who publiaient leur superbe disque "Who's next"et , il n'était pas rare d'entendre Sarah fredonner "My generation", "Pinball Wizard " ou encore" Baba O'Riley" 




En 1978 , le quatuor connaissait une légère perte de vitesse et Alain Ventaire , le PDG de Polydor prit donc rendez-vous avec Sarah afin de lui annoncer la rude tache et , il faut l'avouer...la bonne nouvelle !!


C'est par un  jour frais de février que la rencontre eu lieu dans le joli bureau feutré que Sarah occupait depuis quelques mois au septième étage de l'immeuble de la boite de production de vinyle .


Pete Towhshend, précédé de Roger Daltrey, John Entwistle et de Keith Moon s'installèrent  face à Sarah avec l'envie certaine de signer le renouveau de leur carrière .

-Je vais m’occuper de tout ce qui peut paraître rébarbatif pour vous afin que vous puissiez créer  un album avec , si possible quelques 45 tours à succès dans les meilleurs conditions , leur dit elle avec une jubilation exquise qui fit rosir ses oreilles et ses joues .

Nos quatre compères furent d'accord et Roger Daltrey (le chanteur du groupe ) lui demanda une faveur qui pour lui et le collectif avait une grande importance :

-Nous voulons pouvoir réaliser ce huitième album studio dans la plus grande tranquillité et nous n'avons pas envie d'avoir un délai pour la livraison, du moins pas une date trop proche , vous voyez?

-Parfaitement, Roger , répondit  Sarah , je vous propose une date pour l'été, disons pour le 18 août 1978 .

Un peu Surpris, Roger Daltrey accepta tandis que Pete Towhshead , le guitariste et compositeur de The Who proposa un délais d'un mois supplémentaire ou cas ou l'inspiration ne viendrait pas illico .

En fin de matinée, le contrat fut signé et Les Who rentrèrent en studio pour graver leur huitième 33 tours.




Sarah n’était pas peu fier en rentrant chez elle, elle venait de travailler en étroite collaboration avec un des groupes phares de sa jeunesse et , cette dernière se poursuivait avec joie puisque elle participait à leurs prochaines créations .

Henri n'en croyait pas ses yeux et pourtant , c'était bien vrai, Sarah mettait tout en oeuvre pour accomplir ses passions car l'existence était faite pour çà .


Quelques mois passèrent , Sarah et Henri partirent en vacances et le mois d’août débuta avec une belle nouvelle pour Sarah .


Le 9 août 1978 , elle trouva sur son bureau la maquette achevée avec la pochette réalisée du nouvel album des Who qu'elle avait pris sous son aile . Il était fini et prêt à la distribution à la date convenue , à savoir le 18 août 1978 :

 Elle ouvrit la pochette et posa le disque sur la platine, puis, elle prit une cigarette et s'asseya dans son fauteuil  pour écouter  :



La livraison se nommait "Who are you ? " et ce huitième album du groupe The Who, bien qu'il ne fut pas aussi réussi que les classiques de 1971 "Who's next" et "Quadrophenia" de 1973 fut un grand succès et une belle empreinte musicale de la fin des années 70 et , Sarah était fier d'y avoir de près contribué.